Sulfate, Paraben et silicone : quels dangers pour nos cheveux ?

Constamment attaqué, les sulfates, parabens et autres silicones sont les nouveaux composants déchus de nos shampoings et produits capillaires. Quels dangers représentent-ils réellement pour nos cheveux et notre santé ? Ces substances chimiques se font de plus en plus rares dans la formulation des produits pour les cheveux. Et cela, serait justifié par le fait qu’elles menaceraient notre santé et seraient polluantes pour la planète. On fait le point sur ces mauvais élèves.

Les sulfates

On retrouve dans nos produits capillaires les sulfates sous les appellations de Sulfate, Sodium Laureth Sulfate, Ammonium Lauryl Lulfate (SLS)… Utilisés pour leurs qualités dégraissantes et moussantes, ils peuvent irriter, dessécher et être allergisant. Employés également dans les produits d’entretien et les détergents, ces tensioactifs ont la capacité d’affaiblir le cuir chevelu et de détériorer le follicule pileux à long terme. Ces dommages engendreraient une diminution de la croissance du cheveu et feraient dégorger la couleur des cheveux colorés. C’est pourquoi les shampoings sans sulfate sont plus que conseillés dans les cas suivants :

  • Après un lissage brésilien, si vous souhaitez que les effets du lissage perdurent plus longtemps.
  • Si vous avez le cuir chevelu sensible, afin de limiter l’assèchement du cuir chevelu, et ainsi éviter les irritations et les démangeaisons.
  • Pour celles et ceux, qui souhaitent limiter la chute des cheveux et ne pas accentuer l’affaiblissement des cheveux. Puisque comme cité précédemment le sulfate ralenti la pousse des cheveux et peut donc l’affaiblir.

Comment reconnaître un shampoing sans sulfate ?

Tout simplement parce que c’est marqué dessus « sans sulfate ». Mais lorsque ce n’est pas le cas, il faut lire la liste des ingrédients et éviter si les composants suivants sont indiqués :

  • Sodium Lauryl Sulfate (SLS)
  • Sodium Myreth Sulfate (SMS)
  • Sodium Laureth Sulfate (SLES)
  • Sodium Coco Sulfate
  • Ammonium Lauryl Sulfate (ALS)…

En bref, dès que vous voyez écrit « sulfate », c’est que le produit en contient.

Le paraben

Le paraben ou le parahydroxybenzoate, est un agent de conservation, antimicrobien et antifongique. Son utilisation a pour objectif d’éviter la prolifération de bactéries ou de microbes dans les produits (maquillages, produits capillaires, déodorants, produits d’hygiène buccodentaire, produits pour bébé, produits cosmétiques, gels hydroalcooliques, vernis à ongles…). Indispensable pour la sécurité du consommateur, son utilisation est fortement décriée.

En effet, il serait à l’origine de nombreux maux. Ils seraient ainsi allergisants, capables de franchir la barrière cutanée pour s’infiltrer dans l’organisme et sont des perturbateurs endocriniens. Les parabens sont aussi accusés d’être cancérigène, d’accentuer le vieillissement cutané et d’être dangereux pour la santé. Notamment pour ceux comportant des chaînes alkyle longues (Prolyparaben et Butylparaben…). Toutefois, il convient de se méfier lorsque la mention « sans paraben » est écrite, car cela peut cacher d’autres produits tout aussi nocifs. Pour ne pas utiliser les parabens les industriels utilisent d’autres conservateurs, mais qui sont, eux aussi, mauvais pour la santé. Parmi eux, vous retrouvez :

  • Le méthylisothiazolinone
  • Le méthychloroisothiazolinone
  • Le formaldéhyde que vous verrez sous les mentions, Imidazolidinyl Urea, 3-Diol, 2-Bromo-2-Nitropropane-1, Methenamine, Diazolidinyl Urea, DMDM Hydantoin, Quaternium-15

Les silicones

Attaqués pour leurs effets sur l’environnement et pour leur dangerosité sur notre santé, les silicones sont présents dans quasi tous les produits cosmétiques. Polymère synthétique, à base de silicium et d’oxygène, associé par un procédé chimique, le silicone peut revêtir plusieurs structures et formes variées. Il peut ainsi, aller d’un produit très fluide (huile) à un produit plus rigide, tout en passant par des consistances sirupeuses, épaisses, pâteuses, terreuses … Très présent en produit capillaire, le silicone permet de gainer la fibre capillaire, de fixer une coiffure, d’aider au démêlage, de procurer brillance et douceur aux cheveux.

Et c’est justement là qu’apparaît le paradoxe, car la couche protectrice qui englobe le cheveu aurait tendance à l’affaiblir et l’asphyxier et donc l’abîmer davantage. Autre effet du silicone, c’est son impact sur l’environnement. Peu biodégradable le silicone et notamment le Cyclopentasiloxane et la Cyclotetrasiloxane, sont considérés comme toxiques. En particulier pour les organismes aquatiques qui les ingèrent. Du mammifère jusqu’aux algues, en passant par les mollusques, crustacés… aucune espèce n’est épargnée. Les microplastiques affectent le système physiologique de ces organismes. Cela en impactant sur la photosynthèse, la capacité de filtration, le système immunitaire, l’équilibre hormonal et même la mortalité chronique. Les silicones ont des dénominations finissant généralement par « ane », « one », « thiconol », « thicone », « xane » les plus répandus étant le Diméthiconol, le Dimethicone, et le Cyclopentasiloxane.

Comment éviter le silicone ?

En guise d’alternative, vous pouvez vous tourner vers les produits bio et les produits naturels, tel que l’huile d’argan, l’aloe vera, le citron, l’huile de noisette… Des silicones végétaux, notamment à base d’algues, commencent à faire leur apparition sur le marché et représente une belle alternative au composé synthétique.