Les composants d’un shampoing : bons ou toxiques pour mes cheveux

Alors que les produits biologiques 100 % naturels sont en pleine expansion, ce texte apporte un coup de massue supplémentaire aux shampoings “classiques”. C’est pourquoi il devient pertinent de se poser les questions suivantes : Quels sont les composants d’un shampoing ? Ces composants sont-ils nocifs à long terme ? Comment remédier à cela ? Comment repérer les bons et les mauvais produits ?

Quels sont les composants de nos shampoings ?

Les principaux composants d’un shampoing

  • Principalement, de leau ! Ce qui est plutôt une bonne nouvelle. Certains shampoings sont composés jusqu’à 80% d’eau. En fait, l’eau sert à diluer le reste des produits et rend l’application plus facile. Jusque-là, tout va bien ! On continue !
  • Des agents lavant : c’est-à-dire des tensio-actifs, des détergents, des agents moussants… Ce sont les éléments qui lavent vos cheveux et votre cuir chevelu. Ils éliminent donc les graisses, l’excès de sébum et les saletés des cheveux. Eh oui, car la fonction première d’un shampoing c’est bien de laver 😉. Ces composants représentent environ 15% du flacon.

Attention, certains détergents peuvent irriter la peau comme : le sodium laureth sulfate (SLS), le sodium dodecyl sulfate (SDS) ou encore l’ammonium lauryl sulfate (ALS).

Les conservateurs ou parabens

  • Les conservateurs : ils évitent l’accroissement de bactéries et de champignons dans le flacon et comme, le nom l’indique, ils servent à conserver le produit. Ils représentent généralement 1% du shampoing.

Les conservateurs les plus connus sont les parabens, mais ils tendent à se faire rayer des listes car ils sont au cœur de plusieurs polémiques. On les accuse d’être irritants et de causer un dérèglement du système endocrinien et de reproduction (possible cancer du sein).

Les butylparabens et les isobutylparabens sont des parabens à éviter absolument. Les marques ont bien compris que les consommateurs cherchent de plus en plus des produits “sans paraben”. Malheureusement, ils sont parfois remplacés par des agents encore plus nocifs, mais moins connus, tels que les methylisothiazolinones (MIT) et les methylcloroisothiazolinones (MCIT).

Le formaldéhyde, le phénoxyéthanol et le sodium benzoate ou le potassium sorbate, autorisés pour les produits “bio” sont des exemples de conservateurs moins contestables.

Les autres composants d’un shampoing

  • D’autres additifs : les shampoings se composent régulièrement d’additifs qui n’ont aucun effet nettoyant, mais sont plus une force marketing comme les parfums, textures ou colorants. Ils ont pour seule vocation de rendre le produit plus attrayant. Généralement, ils sont présents à hauteur de 1 à 2% dans le shampoing.  

Attention, toutefois, s’il s’agit de parfum de synthèse ou de colorants artificiels, les risques d’allergies ou d’irritations sont accrus.

  • Le silicone est lui aussi régulièrement présent dans les cosmétiques capillaires. Il possède des avantages : il gaine les cheveux, les rendant, alors, plus lisses et protège également les colorations pour un résultat longue durée. Toutefois, son fort pouvoir enveloppant étouffe le cheveu et lui porte en même temps préjudice.

Les 9 ingrédients néfastes dans un shampoing

Vous souhaitez de plus en plus utiliser des shampoings plus doux pour vos cheveux et meilleurs pour la planète. Mais, face aux mentions qui fleurissent sur les produits capillaires, on y perd vite son latin ! « Sans sulfate», « sans silicone», « sans paraben»… À quoi peut-on se fier réellement et comment faire le bon choix ? Pour cela, il suffit en réalité d’éviter certains composants ! Pour vous aider à faire le tri et repérer plus facilement ces composants nocifs, voici une liste de 9 ingrédients à fuir dans un shampoing.

Les conservateurs

1 – Les formaldéhydes. Sur l’étiquette : dioazolidinyl urea, DMDM hydantoine, quaternium-15, imidazolidinyl urea. Ils libèrent tous du formaldéhyde, un cancérigène reconnu internationalement de nos jours.

2 – Les isothiazolinones. Sur l’étiquette : méthylisothiazolinone (MIT) et méthylchloroisothiazolinone (MCI), ils provoquent des allergies cutanées et de l’eczéma. De nombreux individus développent des sensibilités fortes à ces produits. Et de plus en plus de cas de brûlures chimiques sont reliés à ces ingrédients.

Les agents lavant

3 – Les surfactants éthoxylés. Sur l’étiquette : sodium laureth sulfate (SLES) et tous les ingrédients qui finissent par « -eth » (ex. : ceteareth, laureth-4, laureth-23…). Ces produits sont contaminés par des cancérigènes, produits par une réaction avec de l’oxyde d’éthylène, une substance synthétique reconnue cancérigène et contaminée par une impureté de fabrication potentiellement cancérigène pour l’homme, tel que le 1,4-dioxane. Cette substance se classe dans le groupe 2B du Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC), car elle présente un fort potentiel cancérigène pour l’homme.

4 – Les émulsifiants éthoxylés. Sur l’étiquette : PEG, PPG, polysorbate – (20, 30, 80…). Comme mentionné ci-dessus, ces composants sont tous contaminés par des cancérigènes issus de la réaction avec de l’oxyde d’éthylène.

Les agents hydratants

5 – Ingrédients contenant des amines. Sur l’étiquette : triéthanolamine, cocamidopropylbetaine et cocamide DEA/MEA (et tous les ingrédients possédant le suffixe « DEA » ou « MEA »). Des nitrosamines, un cancérigène potentiel, selon la proposition 65 (CIRC), contaminent ces ingrédients.

6 – Les silicones et polymères. Inscrit sur l’étiquette : dimethicone, amodimethicone, acrylates crosspolymer. Ce sont des composés synthétiques, sources non renouvelables et non biodégradables.

Les autres additifs d’un shampoing

7 – Les colorants artificiels. Inscrit sur l’étiquette : FD&C, D&C, nom d’une couleur suivi d’un chiffre ou « colorant ». Les colorants artificiels peuvent contenir des métaux lourds ou provenir du pétrole. Selon EWG, certains colorants artificiels peuvent causer des irritations ou de la sensibilité. Mais, ils peuvent aussi être contaminés par des agents cancérigènes reconnus selon le CSPI (Center for Science in the Public Interest).

8 – Les allergènes. Inscrit sur l’étiquette : phénoxyéthanol, cinnamal, citral, coumarin, eugenol, farnesol, geraniol, limonene, linalool. Ce sont toutes des substances allergènes répertoriées par le Comité scientifique européen pour la sécurité des consommateurs (CSSC) et l’EWG. Elles mettent en évidence des risques de toxicité (faune aquatique), d’allergies et dirritations de la peau. Le phénoxyéthanol est classé, notamment, « danger modéré » pour la santé. Cela à cause de sa toxicité pour le système immunitaire ainsi que les allergies, selon EWG. C’est donc un ingrédient préoccupant.

9 – Les fragrances et parfums. Inscrit sur l’étiquette : Fragrance/Parfum. Ce terme englobe un certains nombre d’ingrédients « mystérieux » dans lesquels on retrouve régulièrement des perturbateurs endocriniens, et/ou des cancérigènes, et/ou des synthétiques, et/ou des allergènes. Il est impossible de connaître la composition, à moins que cela ne soit inscrit sur l’étiquette selon les pratiques recommandées de la nomenclature internationale des ingrédients cosmétiques (INCI).

Ainsi cette liste des composants des shampoings à éviter absolument doit vous aider à mieux choisir vos soins capillaires et shampoings sans produit toxique et donc bons pour vos cheveux.


En effet, la loi oblige les fabricants à indiquer la liste complète des ingrédients du cosmétique sur le packaging. Alors, lors de vos achats, prenez le temps de lire les flacons que vous avez sélectionnés pour être certain que le produit ne contient pas d’éléments nocifs ou dangereux pour votre santé. Privilégiez, de manière générale, les composants les plus naturels possible dans vos shampoings et vos soins.

Ingrédients sûrs et sains dans un shampoing, comment les repérer ?

Afin de vous aider et de vous guider dans le choix du meilleur shampoing pour vos cheveux, voici une liste d’ingrédients* sûrs et sains :

Les tensioactifs et agents lavant

  • Sodium coco-sulfate : tensioactif dérivé de l’huile de coco, il possède un excellent pouvoir nettoyant et apporte également de la consistance au shampoing.
  • Coco-glucoside : agent moussant (tensioactif) d’origine végétale dérivé de l’huile de coco et composé de glucoses (sucres). Il nettoie et lisse la fibre capillaire.
  • Decyl-glucoside : tensioactif composé de glucoses, de dérivé de fécule de maïs, ainsi que d’huile de coco.
  • Lauryl glucoside : d’origine végétale c’est un tensioactif approprié pour les formules destinées aux peaux sensibles.
  • Le sodium cocoyl glutamate : tensioactif dérivé de l’huile de coco, du maïs et des sucres de fruits (glucose).
  • Sodium cocoyl isethionate : c’est un agent lavant dérivé de l’huile de coco.
  • Sodium cocoamphoacetate : dérivé de l’huile de coco, ce tensioactif nettoie et fait mousser en douceur.

Les agents hydratants

  • Glycérine végétale : obtenue à partir d’huile de colza ou de noix de coco, elle hydrate la peau et les cheveux.
  • Stearyl citrate : c’est un émollient qui assouplit, adoucit et hydrate la peau ou les cheveux. C’est un composant d’origine végétale, formé d’alcool stéarylique et d’acide citrique.
  • Glyceryloleate : d’origine végétale, c’est un émollient, d’origine végétale dont le but est d’assouplir, d’adoucir et d’hydrater la peau ou les cheveux.
  • Butyrosperum parkii butter (beurre de karité) : c’est un émollient extrait des noyaux des fruits du karité, qui assouplit, adoucit et hydrate la peau ou les cheveux.

Les conservateurs

  • Sodium citrate : utilisé comme séquestrant, émulsifiant ou stabilisant dans une formule, il s’agit de sel de sodium, de l’acide citrique d’origine végétale.  
  • Potassium sorbate : acide gras naturel extrait des baies du sorbier, le sel de potassium de l’acide sorbique s’utilise comme conservateur antimicrobien.

Bon à savoir : tous les ingrédients ci-dessus sont d’origine végétale et entièrement biodégradable.

*Les ingrédients listés ci-dessus sont des exemples d’ingrédients rassurants, mais il est important de noter qu’ils peuvent être irritants purs. Le secret est toujours dans le bon dosage et la formulation !

FAQ les shampoings

Qu’est-ce qu’un shampoing solide ?

Un shampoing solide est sec et dur. Il se présente le plus souvent sous la forme d’un bloc de savon. Ainsi en frottant avec de l’eau, tout comme le savon, il mousse et donc lave. Attention, cependant à ce type de shampoing, ils peuvent contenir beaucoup de sulfates.

Qu’est-ce qu’un shampoing sec ?

Le shampoing sec se retrouve le plus souvent sous la forme d’un spray. On vaporise le cuir chevelu et les racines, pour enlever l’excès de sébum et ainsi retrouver de la légèreté et du volume. Il enlève donc l’effet visuel de cheveux gras. Il existe des shampoings secs avec différents ingrédients ou composants en fonction de la sensibilité du cuir chevelu et des cheveux. On peut également le retrouver sous d’autres formes telle que la mousse.

Les shampoings sans sulfate sont-ils efficaces ?

Les pellicules sont le résultat d’un problème cutané. Les shampoings antipelliculaires naturel ou bio sans sulfates sont très efficaces, car moins agressifs, pour la peau et les cheveux. Les Sulfates irritent le cuir chevelu. Donc, si vous bannissez les sulfates de vos produits, vous n’aurez bientôt plus de pellicules.